Exécution du journaliste américain James Foley, 20 août 2014

C’est avec indignation que j’ai appris l’exécution du journaliste américain James Foley, enlevé en Syrie par l’« Etat islamique ».

S’il était confirmé, cet assassinat ignoble confirmerait le vrai visage de ce « califat de la barbarie ». Il appelle la condamnation la plus ferme de la communauté internationale et renforce notre détermination à lutter contre l’ « Etat islamique » conformément à la résolution 2170 du conseil de sécurité des Nations unies.

En ce moment si douloureux, nos pensées vont aux proches du journaliste, grand professionnel, unanimement estimé en France, et en particulier à sa mère Diane Foley que nous avions reçue en avril dernier au Quai d’Orsay.

Plus que jamais, la France est engagée en faveur du droit des journalistes à travailler en toute sécurité. Aucune forme d’impunité ne saurait exister pour les auteurs de ces actes barbares.

Déclarations des trois coprésidents de l’UMP, 13 août 2014

Alors que chacun reconnaît combien la France a été et est active par elle-même et pour mobiliser l’Europe et la communauté internationale en Irak, dans le conflit israélo-palestinien, en Syrie, au Liban, et plus généralement au Proche et au Moyen-Orient, il est surprenant – et à vrai dire attristant – de lire les déclarations des trois coprésidents de l’UMP par intérim critiquant sans fondement ni nuance la politique étrangère de leur propre pays, évoquant même un « déshonneur ». Les graves tensions de la situation politique internationale devraient appeler plutôt le rassemblement que la polémique. Le combat de politique intérieure ne justifie pas toutes les outrances.

Irak - Lettre à Catherine Ashton et à Kristalina Georgieva , 11 août 2014

Madame la Haute Représentante,
Madame la Commissaire,

Je rentre d’Erbil, où j’ai pu vérifier de visu le caractère totalement dramatique de la situation dans le nord de l’Irak.  Face aux avancées de l’Etat islamique, les populations civiles menacées doivent fuir chaque jour plus nombreuses et les autorités locales affronter une situation humanitaire tragique, dont l’ampleur dépasse leurs moyens de réponse.
Devant le drame qui se joue à ses portes, l’Europe ne peut rester inactive. C’est un impératif moral de solidarité avec les communautés persécutées. C’est aussi ce qu’exigent l’intérêt stratégique européen et la défense des libertés.
Le Président Massoud Barzani du Gouvernement régional du Kurdistan m’a demandé la mise en place en extrême urgence d’un pont aérien d’aide humanitaire de l’Europe vers le Nord de l’Irak, ainsi que le déploiement de moyens de construction provisoire, pour aider les autorités locales à répondre aux besoins des centaines de milliers de déplacés qui fuient la barbarie de l’Etat Islamique.
Il a aussi insisté sur la nécessité impérieuse de disposer d’armements et de munitions lui permettant d’affronter et de battre le groupe terroriste de l’Etat islamique.
Il est indispensable que l’Union Européenne se mobilise dès aujourd’hui pour répondre à cet appel à l’aide. Je vous serais donc très reconnaissant de bien vouloir d’urgence mobiliser les Etats membres ainsi que les institutions européennes pour y répondre. Une réunion spéciale du Conseil des Ministres des affaires étrangères m’apparaît souhaitable.
La France, dont j’ai supervisé hier la première livraison d’aide humanitaire, sera au rendez-vous.
Je vous prie de croire, Madame la Haute Représentante, Madame la Commissaire, en l’expression de ma haute considération.

Irak, 11 août 2014

Comme je l’ai indiqué hier lors de ma visite à Bagdad et à Erbil, au moment où sa souveraineté, son unité et son intégrité sont gravement menacées, l’Irak a besoin d’un gouvernement  de large rassemblement.

Nous apportons notre plein soutien aux efforts en ce sens du Président irakien Fouad Maassoum, avec lequel je me suis entretenu hier, et nous appelons tous les responsables politiques irakiens au dialogue pour trouver une solution politique rapide acceptable par toutes les composantes du pays.

Le processus engagé lors des élections législatives du 30 avril dernier doit se poursuivre et conduire à une solution politique acceptable par toutes les composantes de la population irakienne et respectueux du droit de chacun.

Chrétiens d’Irak, 7 août 2014

La France est très vivement préoccupée par les dernières avancées de l’EIIL dans le nord de l’Irak et par la prise de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d’Irak, et par les exactions intolérables qui sont commises.

Face à la gravité de cette situation dont la population civile et les minorités religieuses sont les premières victimes, la France demande une réunion d’urgence du Conseil de Sécurité, afin que la communauté internationale se mobilise pour contrer la menace terroriste en Irak et pour apporter aide et protection aux populations menacées.

Situation à Gaza, 4 août 2014

Combien de morts faudra-t-il encore pour que s’arrête ce qu’il faut bien appeler le carnage de Gaza ? La tradition d’amitié entre Israël et la France est ancienne et le droit d’Israël à la sécurité est total, mais ce droit ne justifie pas qu’on tue des enfants et qu’on massacre des civils. Le Hamas porte évidemment une responsabilité écrasante dans cet engrenage macabre qui sert surtout les extrémismes, mais celle-ci non plus ne justifie pas ce que le Secrétaire général des Nations unies a qualifié de crimes.

C’est pourquoi nous soutenons, nous exigeons l’instauration d’un réel cessez-le-feu comme le propose l’Egypte et nous sommes prêts, en tant que Français et Européens, à concrètement y contribuer. C’est pourquoi aussi une solution politique est indispensable, dont les paramètres sont connus, et qui selon moi devra être imposée par la communauté internationale, puisque les deux parties, malgré d’innombrables tentatives, se sont malheureusement montrées incapables d’en conclure la négociation.

Cessez-le-feu, imposition de la solution de deux Etats et sécurité d’Israël, il n’y a pas d’autre voie.