Europe

Déplacement à Vilnius le 28 octobre

J’ai participé à la 50e réunion de la conférence des organes spécialisés dans les affaires de l’Union (COSAC). 

J’y ai défendu le rôle des parlements nationaux dans la construction européenne et la nécessité de renforcer la légitimité démocratique de l’Union européenne, en particulier dans la perspective des élections européennes de 2014.

Avec Dalia Grybauskaitė, présidente de la République de Lituanie, ainsi qu’avec mon homologue, Linas Linkevičius, j’ai m’entretenir des enjeux européens, dont la politique de sécurité et de défense et le sommet du Partenariat oriental prévu à Vilnius les 28 et 29 novembre.  Nous avons également évoqué les principales questions internationales, à la veille de l’entrée de la Lituanie au Conseil de sécurité des Nations unies au 1er janvier 2014. Les perspectives de renforcement des échanges économiques ont également fait l’objet d’échanges.

Ces faits, s’ils étaient confirmés, seraient tout à fait inacceptables.

La France a demandé aujourd’hui des explications aux autorités américaines au sujet des informations dévoilées par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, selon lesquelles la National Security Agency (NSA) aurait espionné les institutions de l’Union européenne.
Ces faits, s’ils étaient confirmés, seraient tout à fait inacceptables.
Nous attendons des autorités américaines qu’elles lèvent dans les plus brefs délais les inquiétudes légitimes suscitées par les révélations de la presse.

A Buxelles le 15 mai 2013 pour la conférence des donateurs pour le Mali. 

" Le constat qui est à l’origine de cette réunion est simple : il n’y aura pas de sécurité et de stabilité durable sans développement et sans démocratie. Il faut agir de front sur les trois côtés du triangle : sécurité, démocratie, développement. C’est la stratégie de la France depuis le début - nous avons d’ailleurs nous-mêmes repris dès février notre aide au développement. C’est également la conviction de l’Union européenne, dont je salue la mobilisation importante et rapide.

Le titre de la conférence proposé par la France «Ensemble pour le renouveau du Mali» traduit bien cette ambition.

Cette conférence porte sur le Mali, c’est-à-dire ni sur le seul Nord ni sur le Sahel, même si chacun a bien compris qu’à travers la stabilisation et le développement du Mali se jouait l’avenir de la sous-région et au-delà.

Il s’agit de «renouveau» car cette conférence n’est pas une conférence post-conflit. Il ne s’agit pas d’effacer les dommages d’une guerre ; l’objectif n’est pas de reconstruire pour revenir à une situation antérieure. Il s’agit d’aider les Maliens à construire un nouveau Mali. Il s’agit de permettre aux Maliens - à l’ensemble du Mali, nord et sud réunis - de bâtir leur prospérité de demain. C’est pour cela que nous leur avons demandé de préparer un «Plan pour la relance durable du Mali», qui permette de porter un regard rétrospectif lucide sur les racines de la crise et de dégager des axes d’action prioritaires pour en sortir. Cette analyse a été faite et je salue sa qualité. Elle demandait le courage d’observer la réalité des lacunes des décennies passées. La version amendée du Plan, intégrant les réactions des partenaires, sera présentée ce matin.

Nous agissons «Ensemble» : la communauté internationale, les ONG, le gouvernement malien et la société civile s’engagent conjointement. Il faut insister sur le caractère inclusif de cette conférence. De manière tout à fait remarquable, cinq événements préparatoires ont été l’occasion de donner la parole aux acteurs non-gouvernementaux pour recueillir leur vision du développement du Mali : les collectivités locales (à Lyon le 19 mars dernier), les femmes (à Bruxelles le 9 avril), la diaspora malienne (à Montreuil le 10 avril), le secteur privé (à Bamako le 20 avril) et la société civile (à Bamako le 27 avril). Ces réunions ont permis un dialogue fécond avec tous les acteurs concernés, et deux rapporteurs de chacune de ces manifestations viendront aujourd’hui présenter les conclusions de leurs travaux.”

Discours prononcé à la conférence de Bruxelles - extrait

"J’essaye dans mon domaine de rassembler au maximum les français": interview sur Europe 1 le 29 avril 2013

"En Centrafrique, nous avons envoyé des renforts pour protéger nos ressortissants": le 25 mars 2013 sur Europe 1